Piazza del Campo et environs

Piazza del Campo et environs

Piazza del Campo et environs

Peut-être l’environnement urbain médiéval le plus évocateur en Italie

Piazza del Campo

Entre le XIIIe et le XIVe siècle, la ville de Sienne a ressenti le besoin d’organiser un espace public de représentation du pouvoir civil, en établissant une relation organique entre le siège du pouvoir judiciaire et les citoyens. La configuration spatiale très particulière de la place, qui s’adapte sans la modifier à la pente du terrain en créant une forme d’hémicycle en forme de coquille, a été déterminée à la fin du XIIe siècle par la construction d’un mur de séparation entre la zone de l’actuel Campo et la zone adjacente de l’actuelle Piazza del Mercato, probablement pour endiguer l’érosion du sol. Derrière le mur apparaît le Palazzo Pubblico : le point d’appui des différentes directions visuelles. Le Palazzo Pubblico fut le premier à être construit et fut ensuite progressivement entouré de résidences privées appartenant aux familles les plus importantes de Sienne. Symbole de toute la ville de Sienne, la Piazza del Campo abrite le Palio delle Contrade.

Fonte Gaia

La présence d’une source sur la Piazza del Campo est attestée depuis la moitié du XIVe siècle, époque à laquelle a été achevée la construction de canaux souterrains, encore existants aujourd’hui, appelés « bottini », qui transportaient l’eau de la campagne environnante jusqu’à la ville, créant ainsi un véritable réseau de galeries revêtues de briques dans le sous-sol de Sienne, une œuvre d’une grande valeur artistique et technique. En 1409, la municipalité a commandé la reconstruction de la fontaine préexistante au grand sculpteur siennois Jacopo della Quercia, qui a terminé les travaux en 1419. En raison de la grave détérioration des marbres originaux, il a été décidé au XIXe siècle de les remplacer par une copie réalisée par Tito Sarrocchi; les restes des reliefs originaux sont actuellement conservés à l’intérieur de l’hôpital de Santa Maria della Scala.

Palazzo Chigi Saracini

Situé dans la Via di Città, le Palazzo Chigi Saracini est l’une des plus anciennes résidences patriciennes de Sienne. Son noyau originel a pris forme au XIIe siècle, lorsque la famille gibeline Marescotti a commencé la construction d’un château fort, incorporant progressivement les bâtiments environnants; entre les XIIIe et XIVe siècles, le bâtiment a également servi de siège au Conseil des Régents de la République de Sienne, avant de s’installer finalement dans le Palazzo Pubblico, alors en construction. L’extérieur du Palais, achevé au cours du XIVe siècle mais soumis à des ajouts et des rénovations à la Renaissance et surtout à la fin du XVIIIe siècle, est de style gothique siennois typique, recouvert de pierre jusqu’au premier étage, ouvert par des fenêtres à trois meneaux et terminé d’un côté par une tour taillée dans la pierre.

Palazzo Piccolomini ou delle Papesse

Le Palazzo Piccolomini ou delle Papesse, avec l’autre Palazzo Piccolomini de la Via dei Banchi di Sotto, est l’un des rares exemples d’architecture de la Renaissance dans une ville comme Sienne, caractérisée par un tissu urbain essentiellement gothique.

Loggia della Mercanzia

La Loggia della Mercanzia se trouve sur la Croce del Travaglio, le lieu où se rejoignent les trois rues principales de la ville, à l’origine du développement de la zone urbaine: Via di Città, Banchi di Sopra et Banchi di Sotto. La loggia se distingue non seulement par sa structure, mais aussi par son ornementation sculpturale, parmi les plus remarquables de la Sienne du XVe siècle. La loggia et le palais du même nom dont elle fait partie, qui bénéficie d’un prospectus donnant sur le centre du Campo, abritent depuis le XVIIIe siècle le Circolo degli Uniti, populairement appelé « Casino dei Nobili », une sorte d’association formée par des membres de la noblesse siennoise, qui assure toujours à ses membres et à leurs invités une position privilégiée pour assister à la course du Palio.

Palazzo Piccolomini

Situé dans la Via dei Banchi di Sotto, le Palazzo Piccolomini est le bâtiment Renaissance le plus remarquable de Sienne. Le projet est attribué à l’architecte florentin Bernardo Gambarelli dit Rossellino.

Logge del Papa

Les Loges du Pape sont situées au début de la Via dei Banchi di Sotto, près de l’église de San Martino; elles ont été érigées par le Pape Pie II Piccolomini en 1462 en hommage à sa grande famille. Le Logge du Pape, ainsi que la grande taille du Palazzo Piccolomini adjacent, constituent l’épisode le plus remarquable de la Renaissance siennoise, parfaitement intégré dans le tissu urbain selon les plus hauts exemples de rationalité architecturale du XVe siècle en Toscane.

Découvrez le Chianti avec ses châteaux…

Château d’Ama

Château d’Ama

Château d’Ama Un lieu qui renferme un vin révolutionnaire et des trésors d’art contemporain Ama est un petit village dans les collines du Chianti historique, où les vignes alternent avec les oliveraies et la forêt. Un endroit magnifique et de grandes traditions...

Paroisse romane de San Polo en Rouge

Paroisse romane de San Polo en Rouge

Paroisse romane de San Polo en Rouge Ses formes rappellent une étrange union entre le sacré et le militaireDe grand intérêt artistique est la paroisse romane de San Polo en Rouge, déjà mentionné le Mille comme propriété de la famille Firidolfi, puis Ricasoli. Malgré...

Paroisse romane de San Giusto en Salcio

Paroisse romane de San Giusto en Salcio

Paroisse romane de San Giusto en Salcio Sobre, mais imposant avec la couleur gris pâle de la pierreLa paroisse romane de San Giusto en Salcio est une ancienne église catholique parmi les plus anciennes du Chianti et appartient au diocèse de FiesoleContinuez avec la...

La cathédrale de Sienne

La cathédrale de Sienne

La cathédrale de Sienne

La cathédrale de Sienne dédiée à Santa Maria Assunta

La cathédrale

Magnifique expression de l’art romano-gothique, la cathédrale de l’Assomption élève son enveloppe lumineuse et extrêmement riche sur une plate-forme à marches. Traditionnellement, la consécration de la basilique remonte à 1179, mais les travaux de construction se sont poursuivis tout au long du XIIIe siècle, au cours duquel il a été décidé de placer la façade et le dôme et le clocher ont été achevés.

Le Duomo a trois nefs, en forme de croix latine, avec un dôme hexagonal recouvert de plaques de plomb, et recouvert à l’extérieur d’un parement de marbre noir et blanc, avec une référence claire à la balzana, le blason siennois, symbole de la ville et du pouvoir civil. La richesse des œuvres d’art, appartenant aux périodes et aux styles les plus divers, fait de la Cathédrale de Sienne un véritable musée, où l’on peut admirer de nombreux chefs-d’œuvre insérés dans le contexte pour lequel ils ont été conçus.

Le très ambitieux projet de construire une nouvelle Cathédrale beaucoup plus grande et plus impressionnante que l’actuelle est né en 1322. La première pierre a été posée en 1339, l’année où les travaux ont réellement commencé. Selon le projet initial, l’actuelle Cathédral deviendrait le transept d’un immense temple, dont la nef centrale s’enroulerait sur la zone de l’actuelle place Jacopo della Quercia. La construction de la nouvelle Cathédrale se poursuit jusqu’en 1348, année de la grande peste, où elle subit une interruption brutale, et est suspendue en 1357, suite au déclin soudain de la population, aux effondrements affectant certaines des structures porteuses et aux graves difficultés économiques qui surgissent inévitablement devant un projet aussi grandiose, sans commune mesure avec les possibilités réelles de la ville. Après avoir démoli les structures dangereuses, les restes de la nef droite, ouverte par cinq arcs colossaux, d’une partie du côté gauche et de la façade monumentale, appelée Facciatone, ouverte par une très haute fenêtre à deux étages; le long du côté gauche se trouve l’une des plus belles portes du style gothique siennois, ornée d’une riche décoration, qui mène à l’escalier de marbre qui descend vers la place du baptistère. Le « Duomo Nuovo », peut-être aussi en raison de son caractère incomplet, est l’une des prouesses artistiques les plus évocatrices de la ville.

Hôpital Santa Maria della Scala

L’existence d’un complexe destiné à accueillir et à aider les pèlerins, les pauvres et les orphelins, pour devenir plus tard un véritable hôpital, est documentée avec certitude depuis 1090, mais la fondation est presque certainement plus ancienne, attribuée par une légende médiévale à un cordonnier nommé Sorore, mort en 898.

L’Hôpital de la Scala, qui doit son nom à sa position devant les escaliers menant à la place de la Cathédrale, a eu, grâce au soutien du gouvernement et aux legs remarquables des grandes familles siennoises, une énorme importance dans l’histoire et l’économie de la ville, comme le démontre également la vaste extension du bâtiment.

Jusqu’à il y a quelques années, il fonctionnait encore comme un établissement de santé. Ces dernières années, il a fait l’objet d’une restauration et d’une adaptation progressives, devenant l’un des centres culturels de Sienne, qui abrite le Musée archéologique, des expositions temporaires et des espaces monumentaux.

La longue façade qui donne sur la place de la Cathédrale, est composée de différents bâtiments qui ont subi des modifications continues au cours des siècles; la partie la plus ancienne est la partie centrale, constituée par le côté de l’église de l’Annunziata, avec un parement en marbre à l’étage inférieur et de grandes fenêtres Renaissance à l’étage supérieur. À côté de l’église, sur la droite, se trouve un bâtiment de style gothique appelé « Palazzo del Rettore » et, sur la gauche, un complexe appelé « Casa delle Balie », dans le bandeau central duquel a été ouverte au XXe siècle une rangée de fenêtres à meneaux de style, toutes deux probablement construites à la fin du XIVe siècle.

De nombreux artistes siennois participent à la décoration intérieure de l’église et des salles de l’Hôpital de la Scala, faisant de la structure un des points clés, avec le Palazzo Pubblico et le Dôme, pour comprendre l’évolution de la culture figurative de la ville.

Découvrez le Chianti avec ses châteaux…

Château d’Ama

Château d’Ama

Château d’Ama Un lieu qui renferme un vin révolutionnaire et des trésors d’art contemporain Ama est un petit village dans les collines du Chianti historique, où les vignes alternent avec les oliveraies et la forêt. Un endroit magnifique et de grandes traditions...

Paroisse romane de San Polo en Rouge

Paroisse romane de San Polo en Rouge

Paroisse romane de San Polo en Rouge Ses formes rappellent une étrange union entre le sacré et le militaireDe grand intérêt artistique est la paroisse romane de San Polo en Rouge, déjà mentionné le Mille comme propriété de la famille Firidolfi, puis Ricasoli. Malgré...

Paroisse romane de San Giusto en Salcio

Paroisse romane de San Giusto en Salcio

Paroisse romane de San Giusto en Salcio Sobre, mais imposant avec la couleur gris pâle de la pierreLa paroisse romane de San Giusto en Salcio est une ancienne église catholique parmi les plus anciennes du Chianti et appartient au diocèse de FiesoleContinuez avec la...

Le mythe de Sienne

Le mythe de Sienne

Le mythe de Sienne

La création du mythe de Sienne et du Palio

L’image commune que nous avons de Sienne est celle d’un écrin gothique précieux, cohérent et organique, caractérisé par les façades typiques en briques, les arcs ogivaux et les peintures à fond d’or. La création de cette image romantique de la ville est le résultat de la culture du XIXe siècle qui est arrivée en Italie en provenance d’Allemagne et d’Angleterre, accompagnée de la réévaluation de l’architecture et de l’art médiévaux, qui se sont développés beaucoup plus tôt et plus largement à Sienne que dans d’autres parties de l’Italie, à partir du milieu du XIXe siècle.

Le développement de ce courant puriste et la nécessité concrète de convertir des bâtiments préexistants à de nouvelles fonctions, ont fait que dans cette ville les structures architecturales, surtout celles du XIVe siècle, ont été beaucoup plus modifiées que dans d’autres villes historiques italiennes. Cette évolution de l’architecture et de la peinture est parallèle à celle d’un artisan dans un style de la plus haute qualité, ce qui contribue à produire une véritable culture néo-gothique. Cette conception de la restauration et de la conception de style était très précoce à Sienne et était également présente bien avant le XIXe siècle, comme le montre par exemple le soulèvement des deux ailes latérales du Palazzo Pubblico en 1680, mais c’est précisément au cours du XIXe et au début du XXe siècle que le phénomène s’est accentué, transformant à jamais le paysage urbain et lui donnant son aspect actuel. Pensez par exemple à la création de la Piazza Salimbeni à partir de zéro et au remplacement de Fonte Gaia. Ces grandes œuvres, aux côtés des témoignages authentiques de l’histoire, ont donné à la ville un visage mythique, presque onirique, mais néanmoins vivant et présent avec tout son charme, non seulement dans la forme, mais aussi dans l’esprit de la ville et de ses habitants.

En effet, la population siennoise cultive sans cesse ses traditions et se caractérise par un très fort sentiment d’appartenance à la ville; elle est divisée en dix-sept Contrade (Aquila, Bruco, Chiocciola, Civetta, Drago, Giraffa, Istrice, Leocorno, Lupa, Nicchio, Oca, Onda, Pantera, Selva, Tartuca, Torre, Valdimontone), divisées territorialement et dotées en leur sein d’organes administratifs et de sièges religieux. Tout au long de l’année, les Contrade organisent des évènements et des manifestations qui culminent avec la célèbre course du Palio, qui a lieu deux fois par an, le 2 juillet (Palio dell’Assunta) et le 2 août (Palio di Provenzano), la seule fête en costume d’époque encore vécue et ressentie de manière authentique. D’origine médiévale mais institutionnalisé sous sa forme actuelle entre le XVIIe et le XVIIIe siècle, le Palio, avec son cérémonial complexe, sa procession historique, les célébrations de la victoire, les défilés triomphaux et la course effrénée de chevaux le long du splendide périmètre du Campo, est le point culminant de la vie de Contrade, qui l’organise tout au long de l’année, et représente mieux que tout autre symbole l’extraordinaire particularité que Sienne et ses habitants conservent encore.

Découvrez le Chianti avec ses châteaux…

Château de Brolio

Château de Brolio

Château de Brolio Entre mille couleurs et nuances, douces collines, vallées veloutées et denses forêtsLe Château de Brolio appartient à la famille Ricasoli depuis 1141. Au cours des siècles, il a subi des destructions dans de nombreuses batailles dont il porte encore...

Château de Cacchiano

Château de Cacchiano

Château de Cacchiano Dans la partie sud du Chianti, plongé dans des hectares d’oliveraies et de vignesLe Château de Cacchiano fut fondé au Xe siècle par la famille Ricasoli. Depuis plus de mille ans, les Ricasoli, dont la prestigieuse noblesse féodale d’origine...

Lecchi in Chianti

Lecchi in Chianti

Lecchi in Chianti Un lieu suggestif et passionnantLe bourg caractéristique de Lecchi in Chianti est bordé par la route principale qui monte jusqu’à Ama. Avec ses maisons en pierre et une église plus que digne, cet endroit est l’endroit idéal pour une halte et pour une...

Piazza del Campo et environs

La constitution de la ville

La constitution de la ville

Entre mythe et réalité

Le mythe le plus connu sur les origines de Sienne remonte à la fondation de la ville à l’époque romaine quand, selon la légende, le jeune Senio, fils de Remo, avec son frère Ascanio, s’est installé dans ce lieu et a fondé un château, pour échapper à la persécution de son oncle Romolo, qui avait déjà tué leur père. Les deux frères apportent avec eux l’effigie de la llupa capitolina, qui deviendra l’un des symboles de la ville.

En réalité, l’origine historique de Sienne reste enveloppée dans l’obscurité; peut-être dans l’Antiquité un lieu de présence étrusque puis une colonie militaire romaine, nommée Sena Julia, il n’y a pas d’informations certaines sur les évènements de la colonie tant pour la fin de l’Antiquité que pour le début du Moyen Age.

C’est à l’époque lombarde que la ville a commencé à prendre forme, coïncidant avec l’ouverture de la Via Francigena, qui est devenue, avec le déclin des anciens réseaux routiers romains, la liaison la plus sûre et la plus utilisée entre le monde transalpin et Rome. Sienne est donc, vers le Xe siècle, au centre des communications internationales et, par la suite, a commencé à rassembler dans un cercle de murs les petits villages qui se sont formés d’abord sur la colline de Castelvecchio (l’actuel Terzo di Città) et ensuite le long de la Francigena, dont les plus importants étaient les actuels Camollia et San Martino. Cette tripartition originale de la ville sera préservée au fil du temps, créant sa conformation urbaine caractéristique en forme de « Y » inversé, autour duquel se développent les trois quartiers, encore appelés Terzi aujourd’hui.

La croissance territoriale et économique de Sienne, évêché depuis l’époque des Lombards, se poursuit tout au long du XIIe siècle, au cours duquel la ville est dotée d’un régime consulaire municipal et entame sa politique d’expansion territoriale, qui l’amène à resserrer ses boucles et à soumettre divers châteaux dominés par de petites aristocraties rurales et à entrer en conflit, pour les territoires du nord, avec la ville de Florence, qui deviendra son ennemi historique pour les siècles suivants. La ville au seuil du XIIe siècle apparaît probablement comme un ensemble de maisons-tours isolées les unes des autres, enfermées dans un puissant mur, comme le montre un ancien sceau conservé dans les archives de l’État de Sienne. Cependant, la grande saison économique, politique et urbanistique commence au siècle suivant, lorsque la parabole ascendante du développement de la ville atteint son apogée et produit les plus grandes manifestations artistiques et architecturales, donnant à la ville certains de ses traits distinctifs.

Le commerce des céréales de la Maremme, la production de tissus de laine et surtout l’activité de change étaient alors les principales sources de richesse de la ville.

La différenciation progressive des groupes et des statuts sociaux résultant de ce développement économique conduit cependant à l’émergence de luttes internes de plus en plus âpres. Ce conflit dura pendant tout le siècle de 1277 avec la proclamation des statuts du peuple qui sanctionnaient essentiellement l’éviction des membres des anciennes familles des positions de pouvoir et l’affirmation d’une oligarchie de nature financière et populaire. Dans le conflit général entre l’Église et l’Empire, Sienne s’engage résolument dans la cause gibeline, remportant à Montaperti une victoire historique contre Florence, l’ennemie des Guelfes. En 1260, cependant, le sort de ce conflit s’avère rapidement mitigé, compte tenu de la lourde défaite des rangs gibeline à peine neuf ans plus tard dans la bataille du Colle Val d’Elsa. La défaite gibeline de Colle provoque également des luttes intestines de plus en plus vives qui entraînent des bouleversements politiques importants jusqu’à la chute de la magistrature des 24 et l’arrivée au pouvoir en 1287 du Governo dei Nove, fruit d’un accord entre les principales familles de Guelph et destiné à rester en place jusqu’en 1355.

Sous le régime du Novecento, Sienne a atteint le niveau de splendeur maximale tant sur le plan économique que culturel, et la ville cultivée a été radicalement transformée. La peste noire de 1348 qui a décimé la population, et les nouvelles luttes entre les factions qui sont devenues au fil du temps des systèmes de solidarité et des accords temporaires entre familles et non plus l’expression de statuts sociaux différents, ont marqué le début du déclin de la ville. Cette décadence a pris forme tout au long du siècle suivant, malgré l’émergence à cette époque de hautes personnalités, telles que Catherine Benincasa, la sainte qui a réussi à ramener à Rome le siège papal d’Avignon, et Enea Silvio Piccolomini, devenu pape en 1457 sous le nom de Pio II, qui a réussi à obtenir la dignité archiépiscopale de la ville. L’instabilité politique constante conduit également à la conquête du pouvoir seigneurial par Pandolfo Petrucci, dit il Magnifico, qui dirige la ville de 1487 à 1525, mais que sa famille ne parvient pas à maintenir. Le lent déclin de la République de Sienne trouve son épilogue en 1555, année où la ville, après un long siège, doit capituler devant la suprématie florentine, tandis qu’un groupe de républicains purs et durs se réfugie dans la forteresse de Montalcino, où ils frappent même des pièces de monnaie. Le passage sous la domination des Médicis a pour conséquence la création d’un nouvel État siennois, qui a conservé ses systèmes administratifs et ses frontières, à l’exception des ports de l’Argentario qui sont passés sous domination espagnole, mais qui ont définitivement perdu leur indépendance, conservant cette structure jusqu’à l’époque des réformes lorraines au XVIIIe siècle.

Découvrez le Chianti avec ses châteaux…

Vertine

Vertine

Vertine Oasis fortifiée dans les montagnes du Chianti Vertine est l'un des exemples les mieux conservés d'architecture militaire dans le Chianti et plus précisément dans la municipalité de Gaiole. L'excellent état dans lequel il est situé aujourd'hui, en particulier...

Barbischio

Barbischio

Barbischio Bien plus qu'une ancienne défense florentineLe château de Barbischio domine le village de Gaiole In Chianti. En 1200, avec les proches Montegrossi, Vertine et Meleto, Barbischio faisait partie des défenses florentines de cette région du Chianti, limitrophe...

Château de Meleto

Château de Meleto

Château de Meleto Le vrai goût du XVIIIe siècle à Gaiole in ChiantiLe Château de Meleto se dresse majestueusement dans le paysage enchanteur de Gaiole in Chianti, au bout d'une agréable avenue bordée de cyprès et de genévriers. La structure se trouve au milieu des...